Les fleurs comestibles

Saviez-vous que de nombreuses fleurs étaient comestibles ?

Peut-être connaissez-vous déjà la fleur de courgette ou les pétales de rose, mais qu’en est-il de toutes les autres ?
Petit tour d’horizon de ce que vous pouvez glisser dans vos assiettes, en décoration, ou cuisinées !

 

Le Bégonia :
Se cueille de mars à octobre, et se prolonge sur l’hiver.
Saveur citronnée qui s’accorde très bien avec le poisson, en remplacement du citron, ou pour réveiller une salade verte. Cuit, il s’associe aux crèmes aux amandes ou à la pistache, ou encore aux beignets.

La Bourrache :
Se cueille toute l’année en serre ou de juin à octobre dans les jardins.
On ne garde que les parties tendre de la fleur bleue, des feuilles et des tiges. On les utilise en condiment ou en légume.
Mariez le pétale cru à du concombre, les pédoncules à des huitres. Infusé dans une sauce au beurre, il fera des merveilles aux côtés de coquilles saint Jacques, mais vous pourrez également l’intégrer cru et ciselé dans un yaourt grec, type tzatziki.

La Capucine :
Se cueille de mars aux premières gelées.
Rappelle le cresson ou la roquette. Les boutons de fleur peuvent être préparés à la façon des câpres au vinaigre. Crues, ajoutez les feuilles et les fleurs à un taboulé ou un chèvre frais. Ciselées et cuites, elles illumineront vos œufs brouillés et risottos.

La Violette Odorante :
Se cueille de fin février à avril.
Elle s’accordera avec une viande blanche, un tartare de poisson ou une soupe à la crème.

La Primevère :
Se cueille de février à avril.
Crues, ajoutées au dernier moment dans un taboulé de quinoa, ou mélangées ciselées à de la brousse pour faire des mouillettes avec un œuf aux asperges. Cuites dans des soupes, gratins et soufflés.

La Phlox Etoilée :
Se cueille d’avril à septembre.
Parfum sucré de miel et saveur de noix. Les fleurs sont très fragiles. Elles se dégustent crues en salade, ciselées et mélangées à du fromage de chèvre frais. Vous pourrez également les proposer en dessert dans des salades de fruits ou dans un carpaccio de fraises à la fleur d’oranger.

La Pensée :
Se cueille de février à mai, et de novembre à décembre.
Parfum discret, douce odeur de sous-bois et note citronnée. Se déguste cru en salade ou haché dans des œufs mimosa.

L’Oeillet du Poète :
Se cueille de mars à novembre.
Débarrassée de son pédoncule, c’est une fleur très parfumée aux arômes de muscade et de clou de girofle. Elle parfumera vos œufs brouillés, gratins de légumes et soufflés au fromage. Associée à la viande, à de la farce avec la volaille, en infusion pour déglacer une sauce de rôti, ou dans la marinade d’une grillade de bœuf.

Le Souci :
Se cueille de mi-juin à novembre.
Cru, le pétale dégage une saveur douce de verdure fraîche avec une légère touche d’amertume. Cuit, il colore et parfume le risotto, les omelettes et les soufflés. Associé en infusion à des agrumes, il parfumera vos crèmes et confitures.

La Tagète :
Se cueille toute l’année.
Accents de fruit de la passion, d’agrume et de résine de pin. Chaud, elle dégagera des saveurs de curry et de gingembre. Le pétale est utilisé comme condiment associé à une sauce pour poisson grillé, curry d’agneau, ou émincé dans une omelette aux légumes. En dessert, parfumez vos vins, sirops et confitures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *