La Banane

Et vous, la pêche ou la banane ?

Un article sur la banane, c’est bien étrange me direz-vous ! Eh bien non !
Figurez vous que derrière les « banane-dessert et banane fressinette » se cachent de bien nombreuses variétés peu connues de nous, sombres incultes de la métropole !

La preuve en est aux Antilles avec ces nombreux touristes (dont j’ai fait partie un moment) perdus devant tant de diversité ! Alors sucrée ou salée, voilà de quoi éclairer votre lanterne !

 

On distingue grossièrement 2 types de bananes : Les bananes-légume et les bananes-fruit.

 

Du côté des bananes-légume, on retiendra les bananes vertes, ti-nain, jaunes, plantain…
Elles se cuisinent comme des pommes de terre, et sont servies en accompagnement, généralement avec un peu de riz blanc. Elles se marient littéralement avec TOUS les plats en Martinique, mais, à mon humble avis, la banane légume n’est pas franchement raffinée. Sa texture est farineuse et son goût assez fade.

Pour la cuisinier, faites quelques incisions dans la peau de la banane, et coupez-en les extrémités. Ensuite, il suffira de la plonger entière dans l’eau bouillante salée et de laisser cuire jusqu’à noircissement complet de la peau. La chair devient farineuse et assez épaisse. Vous n’avez plus qu’à l’extraire avant de la cuisiner selon les goûts. Vous pouvez également la servir façon « légume péyi » en la laissant telle quelle dans la peau… sans artifice.

Attention : Depuis le scandale du pesticide Chloredécone dans les Antilles, il est préconisé de peler la banane avant la cuisson.

Pour varier le ton, vous pouvez également faire cuire la banane entière sur le barbecue jusqu’à ce que la peau soit bien grillée. Vous n’avez plus qu’à en déguster la chair. La banane salée se déguste aussi en tronçons plongés dans un bain d’huile ou grillés au barbecue entre 2 morceaux de viande. Pour un appéritif exotique,  elle peut également se savourer en chips salées et séchées.

 

Du côté des bananes-fruit, on retiendra les bananes « dessert », « figue-pomme », « macanguier », et « freyssinette » …
Les mini bananes « figue-pomme » et « fressinettes » (les 2 orthographes existent) se dégustent essentiellement natures ou en salade de fruit. Elles ont un goût sucré et raffiné, et ont l’avantage d’être moins grandes, donc moins « bourratives » que les bananes-dessert que nous avons l’habitude de trouver en métropole. Sucrées, elles se savourent également flambées au rhum, ou dans un cake.

Mais qui dit banane sucrée ne dit pas banane exclusivement réservée au dessert !
Coupées en tronçons dans un colombo ou un curry, servies avec un poisson vapeur ou grillées après un passage par la friteuse … Bref, la banane mérite de sortir des sentiers battus et je vous recommande vivement de vous y mettre !

Si vous souhaitez en savoir un peu plus et que vous vous trouvez du côté de la Martinique, n’hésitez pas à faire un tour au musée de la banane qui devrait vous surprendre avec ses innombrables variétés !!!

 

Pour aller encore un peu plus loin sur la thématique, sachez qu’une nouvelle variété de banane a vu le jour il y a peu de temps dans la Caraïbe ! Elaborée afin de résister aux trop nombreux insectes qui fragilisent les bananeraies antillaises, la « Flhorban 925 » permet une approche « durable » de la culture de la banane en réduisant l’usage des pesticides (et donc d’éviter l’épandage aérien !). Les premiers retours des consommateurs antillais semblent positifs, cette banane dessert aurait une taille idéale pour les enfants et son goût légèrement acidulé serait apprécié.

 

Insolite !
Transformez votre banane en messager ! Et explorez le travail incroyable de ces artistes dont la patience et la précision n’ont pas de limite !!!
Voir l’artiste Honey ici. Pour les sculptures de banane vous en trouverez quelques unes ici !
BananaArt2-610x2502

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *